Bandeau

Tricot
Le tricot est une technique permettant de produire une étoffe à partir d'un fil continu de laine ou d'autres fibres textiles.

TECHNIQUE

Le tricot se pratique à la main le plus souvent avec deux grandes aiguilles dont le diamètre varie selon la grosseur du fil utilisé et la grosseur des mailles désirées, mais il peut aussi être réalisé à l'aide d'une machine à tricoter même s'il n'est plus question de tricotage dans ce cas.

Le tricot sur deux aiguilles s'effectue rang après rang : au bout d'un rang sur l'endroit de l'étoffe, on retourne l'ouvrage pour travailler sur l'envers. L'étoffe obtenue est plane. Afin que l'ouvrage soit droit sur ses bords, il est recommandé de ne pas tricoter la première maille de chaque rang.

On peut aussi tricoter en rond, pour obtenir un tube. On utilise alors soit un jeu de quatre ou cinq aiguilles, soit une aiguille circulaire composée de deux pointes reliées par un câble plastique. Le travail s'effectue alors constamment sur l'endroit de l'ouvrage. Cette technique était traditionnellement utilisée pour tricoter les bas et chaussettes, mais elle peut également servir à tricoter des pulls, particulièrement avec une aiguille circulaire.

Les points

La base du tricot est la maille exécutée à l'endroit ou à l'envers dites maille endroit et maille envers; une combinaison de mailles s'appelle un point.
Les points de base sont le point « mousse » (tous les rangs sont tricotés « mailles à l'endroit » dans le tricot à plat) et le point « jersey » (un rang à l'endroit, un rang à l'envers en tricot à plat, toujours à l'endroit en tricot circulaire). Mais les deux mailles peuvent être déclinées à volonté, soit pour faire des côtes (alterner sur un même rang, de manière égale et uniforme, mailles à l'endroit et mailles à l'envers), soit pour faire des points fantaisies : le point « riz », le point « piqué », le point « jour », le point « céréale », le point « chevron », le point « tunisien », le point « chenille », le point « fantaisie », le point « nid d'abeille », et les «côtes » . Pour réaliser certains de ces points, on utilisera également le surjet simple ou double en plus de la maille endroit et de la maille envers. Combinées à des mailles tricotées ensemble ou rabattues, on obtient des points ajourés.

Les accessoires

Pour créer toutes sortes d'ouvrages, on peut avoir recours à différentes aiguille et accessoires : aiguilles à torsades, anneaux de marquage, épingles d'attentes, tricotin, crochets, boutons, arrête-mailles, rouets, machines à tricoter, etc.

Historique

Les bas-reliefs égyptiens livrent déjà des représentations de divinités portant des robes-fourreaux en tricot. De même, cette technique était aussi connue en Extrême-Orient. Elle fut ramenée en Europe par les croisés.
Jusqu'au milieu des années 1980, le tricot était une activité domestique courante. mais l'augmentation du coût de la laine en pelote, la baisse du coût des articles tricotés industriellement et le travail féminin ont réduit cette activité à l'état de loisir.
Depuis quelques années, le tricot est redevenu à la mode. De nombreux ateliers et cafés tricot ont vu le jour, notamment à Paris, Lille, Strasbourg,... mais aussi dans de grandes villes telles que Londres ou New York. De nombreux blogs, sites internet, livres et magazines sont mis à la disposition des passionnés.


LE TRICOT (TEXTILE)

Le tricot est un tissu extensible à boucles entrelacées qui peut aussi se qualifier sous le terme maille (exemple : vêtements en maille). C'est un tissu associé au confort et donc au sport.

Il se différencie des autres textiles habituellement constitués d'un entrecroisement de fils de chaîne et de fils de trame car il est constitué d'un seul fil enroulé en bouclant sur lui-même souvent à l'aide d'une aiguille à tricoter.

Toutes les fibres textiles peuvent être tricotées. Il existe une variété importante de points et de motifs.

La production de tricot se désigne aussi par le terme bonneterie.

Les premières étoffes en maille sont attribuées à Mr Rodier vers 1920 et seront utilisés notamment par Jean Patou dans ses collections pour des tenues de ville puis cette mode cessera vers 1930. Et c'est Sonia Rykiel qui remettra la maille au goût du jour dans les années 1960.

Il existe deux sortes de tricots :

- bonneterie trame ou tricot à mailles cueillies, les boucles sont formées par un seul fil. Ces tricots sont facilement détricotables et le plus connu est le jersey mais il existe aussi l'interlock, le côte 1x1, la côte anglaise, etc. Ces mailles sont fréquemment utilisées dans les sous-vêtements, les t-shirts, les pulls, les chaussettes, etc.
- bonneterie chaîne ou tricot à mailles jetées,, les mailles sont tissées simultanément. L'étoffe ne peut être défaite et est qualifiée d'indémaillable. Les armures les plus fréquentes sont la charmeuse, l'atlas, le satin. Cette technique est utilisée pour les vêtements de sport, les maillots de bain et la lingerie, etc.

On note cependant une exception sur Grenoble, a Hoche, chez les Demol, une "maillette" est un tricot.

Contextures

- jersey (textile)
- point de milan
- point de rome
- derby
- interlock
- côte

Des motifs

Pour réaliser des motifs, ou plus particulièrement avoir plusieurs couleur sur une même ligne (visuellement) on effectue se qu'on appelle du jacquard (en référence au tissu mais techniquement il n'y a aucun rapport)

- jacquard jersey
- jacquard lourd
- jacquard léger


Les matières utilisées

- fil Tweed : fil de laine épais originaire de l'écosse.
- fil Coton : type de coton commercialisé après avoir été cardé, traité chimiquement, blanchi et rendu absorbant.
- fil Lin : fibre textile issue du lin cultivé, linum usitatissimum
- fil Laine : peut être de qualité très différente selon la race du mouton. Il existe environ 450 races de moutons domestiques. Certaines races comme le mouton d'Islande produisent une laine chaude et soyeuse d'une grande qualité.
- fil Alpaga : produit à partir de la toison des animaux du même nom, sorte de petit camélidé ressemblant au lama et vivant en Amérique latine. La fibre de cette laine est extrêmement fine (seulement 20 à 25 microns), ce qui en fait un produit aux bonnes qualités isothermes. Comme pour l'angora, l'alpaga est aussi mélangé avec de la laine de mouton pour en augmenter solidité et tenue. Afin de conserver au fil sa qualité, on le mélangera de préférence avec de la laine mérinos.
- fil Angora : obtenue à partir de lapins angora. Cette fibre aux qualités reconnues et d'une extraordinaire douceur, est souvent mélangée avec de la laine de mouton (environ 70 % angora pour 30 % de laine), afin d'en augmenter la robustesse et la tenue. Les meilleurs produits sont mélangés avec des laines de mérinos par exemple.
- fil Mohair : célèbre laine réputée à raison pour ses qualités isothermes, sa résistance et sa facilité d'entretien. Elle est obtenue à partir de chèvres angora, qui produisent un poil qui est 3 à 4 fois plus fin qu'un cheveu humain. S'il existe des qualités diverses sur le marché, elles sont moins dues à l'origine des animaux qu'au soin apporté au traitement de la matière première.
- fil Cashmere : obtenue par la chèvre pashmina vivant sur les hauts plateaux du Népal et du Tibet. Dans un tel cadre de vie, rien d'étonnant à ce que cette laine soit parmi les plus chaudes (c'est-à-dire aux qualités isothermes les meilleures). La fibre est la plus fine, ne dépassant pas 15 à 20 microns, et son aspect soyeux est chatoyant. Cette laine doit son nom aux commerçants cashmiri qui sont les premiers à avoir travaillé cette fibre.


MACHINE A TRICOTER

Une machine à tricoter est une machine, d'usage domestique ou industriel, qui exécute mécaniquement le tricotage.

Technique

Une aiguille à clapet (une aiguille présentant à l'une de ses extrémités un crochet fermé par un clapet) par maille. Chaque aiguille retient une maille, tous les crochets étant ouverts on fait passer un fil sur tous les crochets, on tire en arrière un à un chaque crochet qui se ferme et tire le fil dans la maille pour former une nouvelle maille.

Histoire

- 1561 : le révérend anglais William Lee met au point un métier à tricoter les chaussettes. La reine Élisabeth Ire d'Angleterre lui refuse le brevet.
- 1589 : il s'installe en France où il construit une manufacture de bas financée par le roi Henri IV.
- 1858 : Matthew Townsend brevète l'aiguille à clapet.



Source Wikipedia®


Mercerie
Continuer
Réalisation NEXTO Entrée des Fournisseurs © 2014 | Conditions Générales de Ventes | Conditions d'utilisation | Frais de port | Confidentialité | Plan du site Paiement CB sécurisé