Bandeau

Dentelle et guipure
Une dentelle est un tissu sans trame ni chaîne, généralement en fil de soie, lin, nylon ou fibres plus riches selon les cas, exécuté par les dentelliers(ères) à la main ou à la machine, à l'aide de points semblables ou non formant un dessin, à bords dentelés ou non.

HISTORIQUE

Il n'existe aucune information précise des dates et lieux originels de la dentelle. Il est toutefois admis qu'elle aurait vu le jour au XVIe siècle, dans la région de Venise. D'abord nommée passementerie (1539). Apparaît pour la première fois sous le mot "dentelle" (c'est-à-dire "petites dents") en 1545, dans l'inventaire de la dot de la sœur de François Ier.

D'abord apanage des hommes, la dentelle s'utilisa par les femmes dès le XVIIe siècle. Au XIXe siècle, Napoléon Ier la réserva au vêtement féminin.

En France, les premières manufactures datent du XVIIe siècle à l'initiative de Colbert.

Les métiers mécaniques sont apparus vers 1820.

Calais est connue pour sa dentelle.

UTILISATION

    - Habillement, lingerie et bijoux
    - Accessoires d'ameublement (napperons, rideaux, tableaux)

DIFFERENTES TECHNIQUES DE FABRICATION

    - Dentelle aux fuseaux (au nombre de 6 à 600) ;
    - Dentelle à l'aiguille ;
    - Dentelle à la main ;
    - Dentelle au crochet ;
    - Dentelle à la navette (dite de Frivolité).

DIFFERENTES SORTES DE DENTELLES

    - La blonde, dentelle au fuseau du XVIIIe siècle réalisée de fils de soie écrue ou de fils d'or et d'argent ;
    - Le chantilly, dentelle noire ou blanche faite au fuseau à fils continus avec un fil de soie dont les motifs représentent des corbeilles, des vases ou des fleurs ;
    - Le cluny, composée de fils continus aux dessins géométriques, c'est la dentelle la plus connue ;
    - La dentelle chimique, apparue au XIXe siècle par brûlure de certains fils à la soude caustique, elle imite la dentelle à l'aiguille.
    - La guipure, désigne les dentelles antérieures au XVIIIe siècle, lourde elle servait aux robes de mariées

Un grand nombre de régions françaises ou flamandes se sont fait la spécialité de produire des dentelles spécifiques. Citons :

    - Dentelle d'Alençon
    - Dentelle d'Argentan
    - Dentelle de Bayeux
    - Dentelle de Binche
    - Dentelle de Bruges
    - Dentelle de Calais
    - Dentelle de Chantilly
    - Dentelle de Lunéville
    - Dentelle de Mirecourt
    - Dentelle du Puy (au Puy en Velay) ou cluny
    - Dentelle du Queyras
    - Dentelle de Sedan
    - Dentelle de Valenciennes


L'ERE DE LA DENTELLE MECANIQUE

Au cours des siècles passés, les deux régions prédominantes de la production de dentelles, tant pour la renommée que la production, furent le Haute Loire et le Nord-Pas-de-Calais. À l'orée de la révolution industrielle, ces deux régions dont le savoir faire était le fruit d'une tradition manuelle séculaire ne furent pourtant pas dépassées et surent s'adapter à l'évolution mécanique.

C'est en 1809 dans les environs de Nottingham, que John Heathcoat, un tout jeune mécanicien, inventa le premier métier à tulle composé d'un système à bobines et charriot. Le brevet fut rapidement déposé. Les douanes françaises de l'époque ne permettaient pas le commerce avec l'Angleterre : cela n'empêcha pour autant l'exportation des métiers qui arrivèrent sur le sol français en pièces détachées et en toute illégalité ! Ce qui explique leur concentration dans le Nord-pas-de-Calais… Saint-Pierre-Les-Calais fut la première ville (1809) à posséder un métier mécanique suivie par Caudry en 1820.

En 1830, un certain Leavers, eut l'idée d'allier la technique Jacquard au procédé mécanique de Heathcoat, c'est ainsi que d'un métier à tulle on a pu évoluer vers un véritable métier à dentelle, permettant de réaliser avec une liberté totale tous les motifs imaginables. Ce sont d'énormes machines pesant plusieurs tonnes, au vacarme assourdissant contraignant les ouvriers à porter des protections auditives. Il est également manifeste que ce changement marque aussi le passage de la dentellière aux mains agiles à l'ouvrier aux épaules robustes car pour faire fonctionner de tels monstres une grande force physique est nécessaire. Dix-sept étapes faisant appel à dix sept savoir-faire différents sont nécessaires pour passer de l'idée au produit fini.


La Haute Loire, également grande région de la dentelle française, connut son apogée au XVIIIe siècle et, au XIXe occupe 120 000 personnes. Le chemin vers la production mécanique dans cette région ne suivit pas le même tracé. Le point de départ est l'invention en 1748 du métier à tresser, par Thomas Wadford, dont on trouve des traces postérieures en Allemagne. Le principe de fonctionnement consiste en un tressage en forme de tube d'un réseau de fils autour d'une âme de matière variable (textiles ou non). Perrault de l'Aigle importa d'Allemagne en France la première de ces inventions en 1785. Il s'agissait donc d'un métier à tresser, composé de onze fuseaux que le français améliora à treize et dont il déposa le modèle au Conservatoire National des Arts et Métiers.

Au XIXe siècle, l'industrie du passement était prospère mais la route encore longue pour atteindre les métiers définitifs. Si, en 1880 c'est un allemand, M. Büshe qui mit au point un métier à fils, c'est en France, en 1872 que Eugène Malhère, ingénieur à Condé sur Noireau dans le Calvados, invente le métier circulaire à dentelle équipé d'un appareil à disques. En 1886, il présenta le premier métier à tisser "un fil" qui prit part à l'Exposition Universelle de 1889. le modèle fut déposé par ses fils le 11 mai 1894 sous le numéro 238.461.


Si les deux types de métiers fonctionnent sur des principes différents, ils permettent tous deux d'avoir une qualité de dentelle extrêmement fidèle aux modèles manuels et une finesse inégalée. Il est également bon de savoir que ces métiers sont aujourd'hui classés patrimoine national.

LA DENTELLE AUJOURD'HUI

De nos jours, la Haute Loire et le Nord-Pas-de-Calais sont toujours les deux grandes régions de la dentelle en France. La Haute Loire compte une dizaine d'entreprises d'une centaine de salariés, possédant cent à cent-cinquante métiers. Ils datent en majorité des années 20 et 30 et peuvent être composés de 32 à 96 fuseaux. Les usines fonctionnent à plein régime jour et nuit.

Le Marché de la dentelle n'est que très faiblement lié à l'acheteur particulier : elle est essentiellement considérée comme une matière première, qui est achetée pour entrer dans la composition d'un produit fini. C'est donc en premier lieu l'industrie du vêtement qui est le premier acheteur de dentelle, à la tête de laquelle on trouve les maisons de Haute Couture. Les deux leaders mondiaux du marché de la dentelle ne doivent leur position que grâce à la renommée qu'ils ont su se bâtir dans le milieu de la mode. Il s'agit d'un choix stratégique non négligeable puisqu'il consiste à concentrer ses efforts dans une optique de scrupuleuse qualité, quitte à ne pas afficher des prix bon marché.


L'entreprise Solstiss, basée à Caudry dans le Nord, est née de l'association en 1974 de quatre dentelliers. Héritiers d'un savoir-faire centenaire, ces quatre maisons recoupaient des spécialités différentes ce qui permît une véritable complémentarité.

    - Ledieu-Beauvilain spécialisé dans la dentelle à 12 points
    - Machu réputé pour la grande variété de ses gammes colorées
    - Belot expert de la dentelle de Chantilly
    - Beauvilain connu pour la diversité exceptionelle de ses motifs




Source Wikipedia®


Mercerie
Continue
Réalisation NEXTO Entrée des Fournisseurs © 2014 | Conditions of Sale | Conditions of Use | Shipping Charges | Privacy Notice | Sitemap Paiement CB sécurisé